Un « jeudi noir » pour l’agriculture française

Mon but n’étant pas de copier / coller tous les texte que je suis amenée à découvrir et à vous faire partager, je ne ferais que vous mettre le lien du site où je viens de découvrir que le Ministre de l’Agriculture vient de supprimer les aides à la conversion (pour aider les agriculteurs à cultiver du bio) dans les trois prochaines années.

Le gouvernement signe un énorme coup d’arrêt au développement de l’agriculture bio

C’est une aberration ! 🙁

 

 

Les gens ouvrent les yeux…

En découvrant cette vidéo j’ai eu le plaisir de découvrir que de plus en plus de personnes aux quatre coins de la planète finissent par se rendre compte que le monde dans lequel nous vivons ne pourra plus continuer de cette façon : pesticide, fongicide, herbicide.. tout ces mots en « ide »… vont causer notre perte.

Je suis vraiment contente de voir que les choses bougent même si parfois cela a pris du temps…

Vaut mieux tard que jamais n’est-ce pas ?

Un exemple à suivre : Le Bhoutan !

Comme vous commencez à le comprendre, j’adore découvrir de nouvelles choses, surtout quand ce sont de bonnes nouvelles !

Ici, grâce à France2, j’ai découvert l’histoire du Bhoutan, est un royaume d’un peu plus de 38 000 m² situé entre l’Inde et la Chine.

L’une des particularités du Bhoutan est sa recherche du bonheur à travers l’amélioration de ce qu’il appelle le « bonheur national brut » ou BNB. Là où la majorité des gouvernements se basent sur la valeur du produit national brut (PNB) pour mesurer le niveau de richesse des citoyens, le Bhoutan a substitué le BNB pour mesurer le niveau de bonheur de ses habitants. Cet indice, instauré par le roi Jigme Singye Wangchuck en 1972, se base sur quatre principes fondamentaux, piliers du développement durable, à savoir :

  • la croissance et le développement économiques responsables
    la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise
    la sauvegarde de l’environnement et la promotion du développement durable
    la bonne gouvernance responsable

    (Source Wikipédia)

C’est étonnant qu’on ait pas entendu parlé plus tôt de ce pays qui arrive à absorber aujourd »hui 3 fois plus de CO2 qu’il n’en produit, non ?

Des arbres qui parlent, si si… !

J’ai découvert ce matin, une petite vidéo explicative sur le phénomène de « communication » entre les arbres.

Je trouve le principe simplement génial (et tellement logique !) .

Cette découverte me conforte sur le fait qu’il faille absolument limiter au maximum la déforestation pour permettre aux arbres de se transmettre ceux dont ils ont besoin pour faire survivre la génération suivante.

A méditer…

Internet : 6ème pollueur mondial

Saviez-vous qu’utiliser Internet polluait notre planète ?

Je suis pourtant un peu de la partie, mais il est vrai que je ne me suis jamais vraiment posé la question « comment est géré le Cloud ? ».

Petite vidéo explicative :

Alors maintenant que nous savons cela, que faire ?

Certains pays, comme la Suède souhaite un Internet non polluant. Pourquoi pas nous ? Il existe pourtant des « hébergeurs écolos » dont voici une liste non exhaustive.

Après avoir vu ce post, vous ne pourrez pas dire… Je ne savais pas ! 😉

Savoir lire entre les lignes

J’aime me documenter pour mieux comprendre ce qui se passe autour de nous et je profite de la lecture de cet article, pour vous le partager :

Comment Monsanto et Cie influencent la recherche sur les OGM

Concrètement l’article explique les scientifiques qui effectuent des recherches sur les OGM sont souvent sujet à des  conflits d’intérêt.

Il en ressort que les publications effectuées par ces chercheurs sont beaucoup plus souvent favorables aux intérêts des industriels du secteur concerné. Pourquoi ?

Car ce sont ces propres industries qui financent les recherches !

En bref : Les industriels financent des chercheurs qui devront ensuite dire : » On a testé, c’est sans danger. Tout va bien ! » Mais si ce n’est pas le cas, si tout ne va pas bien.. Que se passe-t-il ? Silence radio.

Je vous parle des OGM mais il en va de même pour beaucoup d’autres domaines comme  l’industrie pharmaceutique ou l’industrie du tabac.

Maintenant que ce sujet est posé. Que pouvons-nous faire ?

Je pense qu’il faut apprendre à lire entre les lignes et ne pas s’arrêter au titre de certains articles publiés dans la presse ou sur Internet. 😉

Le peuple Bishnoïs, les « premiers écologistes »

Aujourd’hui, je voulais vous présenter le peuple Bishnoïs.

Les Bishnoïs sont végétaliens, ils prônent la non-violence et ont un respect absolu de tout ce qui vit ( y compris animaux et végétaux).

La gentillesse et la douceur

Les Bishnoïs sont formidables <3

Publié par francetv zoom sur dimanche 10 juillet 2016

Les Bishnoïs considèrent les arbres verts et les animaux comme leurs égaux et ne peuvent attenter à leur vie.

« Aimez les animaux,
N’abattez pas les arbres verts,
Et vous ne connaitrez pas l’adversité dans la vie. »
Guru Jambeshwar Bhagavan, appelé communément Jambaji (1451-1536)

Personnellement j’ai beaucoup de respect pour ce genre de peuple et je me dis qu’il faudrait qu’il y en ait plus sur cette terre. <3

Le Burkina Faso, un exemple à suivre !

Je vous parlais la dernière fois des « Semences Paysannes » et revoilà qu’elles font parler d’elles !

En 2009, sur ordre des grandes sociétés cotonnières (Monsanto, décidément son nom revient souvent… Même si ce n’est pas le seul), tous les cultivateurs se mettent à semer du coton BT transgénique.

Mais cette variété donne des fibres plus courtes et de moins bonne qualité. Le coton perd de sa valeur sur les marchés internationaux et les producteurs perdent beaucoup d’argent.

Le pays a finalement décidé de revenir aux semences traditionnelles et depuis la récolte est bien meilleure (dixit les agriculteurs).

Monsanto voulait faire de ce pays un exemple pour tout le continent africain en matière d'OGM, mais le Burkina Faso a préféré se passer du coton transgénique !Depuis, la récolte ne s'annonce pas moins fructueuse, bien au contraire (y)

Publié par CCFD-Terre Solidaire sur mardi 10 janvier 2017

Je trouve que c’est une belle façon de montrer qu’il n’est jamais trop tard pour changer les choses… 😉

Un joli cadeau de Noël !

En écolo que je suis, ou que je tente d’être au quotidien, je pars au travail en effectuant du covoiturage. Et depuis la rentrée, je covoiture quasiment tous les matins avec une jeune femme très dynamique et très sympathique !

Ce matin, nous nous retrouvons pour la première fois depuis les fêtes de fin d’année et j’ai eu la surprise de découvrir qu’elle m’avait offert un petit cadeau :

Quelle bonne surprise ! Forcément depuis 3/4 mois, nous passons 2h chaque jour à discuter de tout, de rien, de la vie …

Le jardinage et la mise en place de mon potager sont forcément arrivés et plus d’une fois sur le tapis alors lorsqu’elle est tombée sur ce livre elle a tout de suite pensé à moi. Cela m’a beaucoup touchée !

Je vais m’empresser de le feuilleter pour vous en faire un retour dès que possible.